Forum Kawasaki : Versys - ER6 - Z1000 SX - Z750 - Z800 - ZX10R - ZX6R - ZZR1400 - GTR1400 - ZR7

[ER5 Amortisseur] Réglage de double amortisseur avec air ER5

0 Membres et 1 Invité sur ce sujet

Hors ligne jerem83200

  • ****
  • 602
  • Sexe: Homme
  • Couleur: Champagne
  • Lieu: Luynes
  • Moto: ZR7
Bonjour. Ma copine a une er5 de 2003. Elle a deux amortisseur (marque chinoise donc j'ai oublié le nom). On peut régler à dureté de l'amortisseur avec la bague, comme la zr7 et une autre réglage en injectant de l'air à haute pression. j'ai en fait 3 questions en une.

1- comment tourner la bague sans la clé ? Celle de zr7 ne passe pas. Le cran est trop gros.
2- elle est très petite (1m53) puis-je gagner 2 ou 3 cm juste en réglant les amortisseur ?
3- quel est le réglage de l'air. Quel est l'effet en en mettant beaucoup ou moins ?

Merci beaucoup
« Modifié: 22 avril 2016 à 07:36:54 par cpg »

Hors ligne Hebus

  • *******
  • 6091
  • Sexe: Homme
  • Lieu: Var
  • Moto: R 12 GS / SV 650 S
Re : [ER5 Amortisseur] Réglage de double amortisseur avec air ER5
« Réponse #1 le: 25 avril 2016 à 09:28:50 »
il y a plusieurs topics sur le forum qui expliquent de facon plus ou moins detaillee comment regler des amortisseurs, je pense que tu devrais les consulter.
cela dit, je peux peut etre essayer de repondre a tes questions

1-essaie de fabriquer une cle, si tu tournes avec un outil genre pince multiprise tu risque d'abimer les bagues de reglages.
2-tu peux gagner un peu sur la hauteur de la moto, surtout si les ressorts sont lineaires. mais idealement il faut toucher aussi la fourche en remontant les tubes. ca evite que la moto se comporte bizarrement. penses aussi que la garde au sol va varier.
3-il faudrait avoir la notice des amortos pour faire une reponse precise. cela dit, en general l'air vient soutenir le travail des ressorts. je dirais que ajouter de l'air revient a durcir le ressort, un peu comme si tu ajoutais un deuxieme ressort.

« Un peuple prêt à sacrifier un peu de liberté pour un peu de sécurité ne mérite ni l'une ni l'autre, et finit par perdre les deux. »

— Benjamin Franklin